jeudi, 9 février 2023 •

686 visiteurs en ce moment

Forum MEDays 2022

Plusieurs personnalités demandent l’expulsion de la "rasd" de l’UA




Au terme de la table ronde "L’Union africaine à l’aune de la Question du Sahara", organisée à Tanger (Maroc) dans le cadre du Forum MEDays (2-5 novembre), plusieurs personnalités ont lancé un appel solennel à l’expulsion de la "rasd" de l’UA.

L’"Appel de Tanger", publié à la fin des travaux de la table ronde "L’Union africaine à l’aune de la Question du Sahara", organisée dans le cadre du Forum MEDays (2-5 novembre), recommande la nécessité de "corriger l’anomalie historique, l’aberration juridique et le contresens politique qu’est l’admission illégale et illégitime, puis le maintien injustifié au sein de l’organisation continentale de la pseudo-« rasd » et son impact opérationnel négatif".

Les anciens Premiers ministres africains et autres ministres des Affaires étrangères, qui ont signé l’’’Appel de Tanger’’ estiment que l’adhésion de l’entité séparatiste au sein de l’UA est "en violation des Articles 3(b) et 4(b) de l’Acte Constitutif de l’Union Africaine". Le document souligne que la pseudo "rasd" est "une entité artificielle imposée à la seule Organisation de l’Unité Africaine/Union Africaine, contre toute légitimité et légalité".

Cette entité artificielle "n’obéit à aucun des éléments constitutifs d’un Etat, à savoir un territoire, une population et un gouvernement effectif", dénoncent les signataires. Ils ajoutent qu’elle ne bénéficie d’aucune souveraineté, indépendance, ni de responsabilité juridique internationale.

Cette entité est "sans valeur ajoutée" pour le continent, relèvent-ils, soulignant qu’au contraire elle "entrave l’effectivité de l’UA" et "menace l’unité africaine et l’intégration politique et économique" du continent, tout en "menaçant la stabilité et la sécurité régionales".

Les responsables africains sollicitent de l’Institut Amadeus et de ses Centres de réflexion africains partenaires la production d’un "Livre Blanc" réunissant leurs analyses et leurs recommandations argumentées, issues de cette table ronde ainsi que des conférences et des réunions tenues auparavant dans plusieurs pays du continent.

Ils recommandent la création d’un "Groupe de Contact" chargé de porter le présent "Appel de Tanger", appuyé par le "Livre Blanc" susvisé auprès des Chefs d’Etat africains et des décideurs de l’Union Africaine.

Selon ses initiateurs, "l’Appel de Tanger" est inspiré par les Idéaux des Pères Fondateurs du panafricanisme, promouvant l’unité, la solidarité, la cohésion et la coopération économique efficace entre les Etats indépendants et souverains d’Afrique.

L’Appel de Tanger salue et commémore l”’œuvre historique du Groupe de Casablanca, ses idéaux panafricanistes et la mémoire de son illustre Hôte, Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V".

Il "se félicite vivement du retour solennel, en janvier 2017, du Royaume du Maroc, Etat membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine, à l’Union Africaine et des efforts soutenus, des initiatives louables et des contributions sincères que le Royaume ne cesse d’apporter, depuis, aux Objectifs et à l’Action de notre organisation continentale, sous l’égide du Souverain marocain”.

Le Groupe de Contact de l’Appel de Tanger est composé des anciens Premiers Ministres du Djibouti, Dileita Mohamed Dileita, et de la République Centrafricaine, Martin Ziguélé ; et par les anciens Ministres des Affaires Etrangères d’Eswatini, Lutfo Dlamini, du Libéria, Gbehzohngar Milton Findley, du Gabon, Régis Immongault Tatangani, du Malawi, Francis Kasaila, du Sénégal, Mankeur Ndiaye, de Guinée, Mamadi Touré, et du Kenya, Rafael Tuju.

"L’Appel de Tanger" est soutenu par plusieurs autres personnalités qui sont représentées par le "Groupe de Contact". Il s’agit, de l’ancien Premier Ministre de Guinée-Bissau, Augusto António Artur da Silva ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères de Somalie, Mohamed Abdirizak Mohamud ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Burkina Faso, Alpha Barry ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Bénin, Jean-Marie Ehouzou ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères des Comores, Fahmi Saïd Ibrahim El Maceli ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Cap-Vert, Luis Felipe Lopes Tavares et de l’ancien ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Régionale de la République Démocratique du Congo, Léonard She Okitundu Lundula.

" de l’Union Africaine (UA).

L’"Appel de Tanger", publié à l’issue de la table ronde "L’union africaine à l’aune de la Question du Sahara", organisée dans le cadre du Forum MEDays (2-5 novembre), prône la nécessité de "corriger l’anomalie historique, l’aberration juridique et le contresens politique qu’est l’admission illégale et illégitime, puis le maintien injustifié au sein de l’organisation continentale de la pseudo-« rasd » et son impact opérationnel négatif".

Les anciens responsables africains qui ont signé ce document estiment que l’adhésion de l’entité fantoche au sein de l’UA est "en violation des Articles 3(b) et 4(b) de l’Acte Constitutif de l’Union Africaine", notant que la pseudo "rasd" est "une entité artificielle imposée à la seule Organisation de l’Unité Africaine/Union Africaine, contre toute légitimité et légalité".

Selon le document, cette entité artificielle "n’obéit à aucun des éléments constitutifs d’un Etat, à savoir un territoire, une population et un gouvernement effectif", ajoutant qu’elle ne bénéficie d’aucune souveraineté, indépendance, ni de responsabilité juridique internationale.

Cette entité fantoche est "sans valeur ajoutée" pour le continent, relèvent-ils, soulignant qu’au contraire elle "entrave l’effectivité de l’UA" et "menace l’unité africaine et l’intégration politique et économique" du continent, tout en "menaçant la stabilité et la sécurité régionales".

Par ailleurs, les signataires de ce document sollicitent de l’Institut Amadeus et de ses Centres de réflexion africains partenaires la production d’un "Livre Blanc" réunissant leurs analyses et leurs recommandations argumentées, issues de cette table ronde ainsi que des conférences et des réunions tenues auparavant dans plusieurs pays du continent.

Ce document porte également création d’un "Groupe de Contact" chargé de porter le présent "Appel de Tanger", appuyé par le "Livre Blanc" susvisé auprès des Chefs d’Etat africains et des décideurs de l’Union Africaine.

Le Groupe de Contact mis en place décide de rester mobilisé pour "la réalisation de cet objectif nécessaire pour la crédibilité de l’UA, donc pour l’avenir du continent."

Selon ses initiateurs, "l’Appel de Tanger" est inspiré par les Idéaux des Pères Fondateurs du panafricanisme, promouvant l’unité, la solidarité, la cohésion et la coopération économique efficace entre les Etats indépendants et souverains d’Afrique.

L’Appel salue et commémore l”’œuvre historique du Groupe de Casablanca, ses idéaux panafricanistes et la mémoire de son illustre Hôte, Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V".

De même, l’Appel de Tanger "se félicite vivement du retour solennel, en janvier 2017, du Royaume du Maroc, Etat membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine, à l’Union Africaine et des efforts soutenus, des initiatives louables et des contributions sincères que le Royaume ne cesse d’apporter, depuis, aux Objectifs et à l’Action de notre organisation continentale, sous l’égide du Souverain marocain”.

Le Groupe de Contact
Le Groupe de Contact de l’Appel de Tanger est composé des anciens Premiers Ministres du Djibouti, Dileita Mohamed Dileita, et de la République Centrafricaine, Martin Ziguélé ; et par les anciens Ministres des Affaires Etrangères d’Eswatini, Lutfo Dlamini, du Libéria, Gbehzohngar Milton Findley, du Gabon, Régis Immongault Tatangani, du Malawi, Francis Kasaila, du Sénégal, Mankeur Ndiaye, de Guinée, Mamadi Touré, et du Kenya, Rafael Tuju.

"L’Appel de Tanger" est également soutenu par plusieurs autres personnalités qui sont représentées par le "Groupe de Contact". Il s’agit, de l’ancien Premier Ministre de Guinée-Bissau, Augusto António Artur da Silva ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères de Somalie, Mohamed Abdirizak Mohamud ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Burkina Faso, Alpha Barry ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Bénin, Jean-Marie Ehouzou ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères des Comores, Fahmi Saïd Ibrahim El Maceli ; de l’ancien ministre des Affaires Etrangères du Cap-Vert, Luis Felipe Lopes Tavares et de l’ancien ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Régionale de la République Démocratique du Congo, Léonard She Okitundu Lundula.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

5 novembre 2022 par Ignace B. Fanou




Plusieurs voix dénoncent une campagne injuste contre le Maroc


9 février 2023 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Une réunion d’experts, de défenseurs des droits humains et de (...)
Lire la suite

Le Parlement marocain rejette les accusations des eurodéputés


9 février 2023 par Ignace B. Fanou, Josué SOSSOU
Ce mercredi 08 février 2023, s’est tenue au siège du parlement marocain, (...)
Lire la suite

La Russie apporte son soutien aux pays du Sahel et du Golfe de (...)


8 février 2023 par Ignace B. Fanou, Josué SOSSOU
Lors d’une visite, ce mardi 07 février 2023, au Mali, le ministre russe (...)
Lire la suite

Le FIDA s’allie au secteur privé pour permettre l’inclusion financière (...)


4 février 2023 par Judicaël ZOHOUN
Le Fonds international de développement agricole (FIDA), des Nations (...)
Lire la suite

Ce que cachent les réseaux de financement du Front Polisario


2 février 2023 par Ignace B. Fanou
Les réseaux de financement du Front Polisario et ses liens avec le (...)
Lire la suite

"Le Maroc a tous les atouts pour organiser la CAN 2025’’


29 janvier 2023 par Ignace B. Fanou
La FIFA a confié l’organisation de la Coupe du Monde des Clubs 2023 (1er (...)
Lire la suite

Le Maroc ouvre son ambassade en Irak


29 janvier 2023 par Ignace B. Fanou
Le Royaume du Maroc vient d’ouvrir son ambassade en Irak. La (...)
Lire la suite

Les commentaires que suscite la visite de Said Chengriha à (...)


26 janvier 2023 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire algérienne (ANP) a (...)
Lire la suite

Le Parlement du Maroc reconsidère ses relations avec le Parlement (...)


23 janvier 2023 par Josué SOSSOU
Ce lundi 23 janvier 2023, le Parlement du Royaume du Maroc annonce sa (...)
Lire la suite

Le CSPJ condamne l’ingérence du Parlement Européen


22 janvier 2023 par Ignace B. Fanou
Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) du Maroc a exprimé, (...)
Lire la suite

Le pape Benoît XVI inhumé dans la basilique St Pierre


5 janvier 2023 par Akpédjé Ayosso
Les obsèques du pape Benoît XVI se sont déroulées jeudi 5 janvier 2023 sur (...)
Lire la suite

Le corps du pape Benoît XVI exposé au Vatican


2 janvier 2023 par Akpédjé Ayosso
La dépouille du pape émérite Benoît XVI est exposée dans la Basilique (...)
Lire la suite

Le pape Benoît XVI est mort


31 décembre 2022 par Akpédjé Ayosso
L’ancien pape Benoît XVI est mort ce samedi 31 décembre 2022 à l’âge de (...)
Lire la suite

Le Maroc fait le bilan de ses services


24 décembre 2022 par Josué SOSSOU
Les services de la Sûreté nationale marocaines ont présenté leur bilan (...)
Lire la suite

Maroc-France, un « Partenariat d’exception » (Catherine Colonna)


16 décembre 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Au cours de sa visite au Maroc, le ministre français de l’Europe et des (...)
Lire la suite

La France lève les restrictions sur l’octroi des visas aux (...)


16 décembre 2022 par Ignace B. Fanou
Les relations entre le Maroc et la France ont repris de plus belles (...)
Lire la suite

L’Uruguay veut approfondir ses relations avec le Maroc


15 décembre 2022 par Ignace B. Fanou
Le gouvernement de l’Uruguay veut renforcer ses relations diplomatiques (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires