dimanche, 16 juin 2024 -

943 visiteurs en ce moment

Q&R : Les leçons du dernier congrès mondial de la nature




Lecture rapide
 L’innovation de ce congrès aura été d’avoir sur le panel les représentants des communautés autochtones
 La réforme des aires protégées à Madagascar requiert la justice sociale et l’implication des communautés
 Le prochain sommet Afrique – France est sera une occasion de discuter avec les scientifiques africains

Par : Julien Chongwang

Du 3 au 11 septembre dernier s’est tenu à Marseille (France), le quatrième congrès mondial de la nature organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Selon le communiqué de presse qui a sanctionné ce congrès, celui-ci s’est focalisé sur trois thèmes principaux : le cadre post 2020 pour la conservation de la biodiversité, qui sera adopté par les parties à la Convention des Nations Unies sur la biodiversité prévue cette année même ; le rôle de la nature dans la reprise mondiale post-pandémie ; et la nécessité de transformer le système financier mondial et d’orienter l’investissement vers des projets positifs pour la nature.

  • La principale innovation c’était surtout des approches et des pratiques plus inclusives, et plus globales et d’avoir eu autour de la table des représentants des communautés autochtones qui représentent aussi les savoirs locaux
    Valérie Verdier, P-DG, IRD

Dans cet entretien qu’elle a voulu accorder à SciDev.Net, Valérie Verdier, la présidente-directrice générale de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) tire les enseignements de cet événement auquel son institution a activement pris part.

Quelle était l’originalité du quatrième congrès mondial de la nature auquel l’IRD vient de prendre part à Marseille ?

Il faut déjà préciser que ce congrès s’inscrivait dans le cadre de l’agenda biodiversité 2021 – 2022 qui avait commencé à l’initiative du président français Emmanuel Macron par le One Planet Summit en janvier 2021. Le congrès de l’IUCN, la COP 15 et la COP 26 sur le climat sont des événements qui vont jalonner cet agenda tout au long de cette année et de l’année 2022.

Pour nous, c’est une formidable opportunité qui nous permet de mettre en avant nos productions scientifiques et d’asseoir le positionnement institutionnel de l’IRD dans ce contexte, de par notre spécificité qui est de travailler dans les pays du sud à travers un partenariat qui se veut équitable.Cela dit, la principale innovation c’était surtout des approches et des pratiques plus inclusives, et plus globales et d’avoir eu autour de la table des représentants des communautés autochtones qui représentent aussi les savoirs locaux. Bref, c’est l’ouverture aux collectivités territoriales qui a été pour moi le point le plus important.

L’IRD a-t-il réussi faire inscrire les préoccupations des populations autochtones dans les résolutions finales de ce congrès comme vous le souhaitiez dans un éditorial publié à la veille du congrès ?

Oui. L’IRD a préparé des notes relatives aux motions et il y en avait au moins trois qui concernaient les savoirs locaux et la prise en compte des cultures et des pratiques locales. Il y avait une motion sur la protection des cours d’eau péruviens. La motion dit qu’avant tout projet d’infrastructure, il faut une analyse préalable des enjeux, notamment pour les populations. Une autre de ces motions était de soutenir et reconnaître les droits et les rôles des peuples autochtones et des communautés locales dans la conservation. Ceci conduit par exemple à la co-gouvernance des aires protégées…

Comment l’Afrique s’est-elle distinguée lors de ce congrès ?

Entre autres, Madagascar était à l’honneur lors de cet événement. En effet, on recevait sa ministre de l’Environnement et du développement durable, Baomiavotse Vahinala Raharinirina. Elle a beaucoup mis en avant la réforme sur les aires protégées en soulignant qu’il faut intégrer la question de la justice sociale et l’implication des communautés locales dans les ambitions qu’ils ont à Madagascar pour la protection et la conservation de la biodiversité. Donc, avec elle, c’était vraiment une réflexion sur comment réussir ensemble les aires protégées dans ce pays.

Les importants événements à venir tels que la COP 15, la COP 26 ou encore le sommet sur les systèmes alimentaires peuvent-ils façonner le paysage du financement du développement durable ?

Il y a également le sommet Afrique – France qui a lieu à Montpellier au début de ce mois d’octobre. C’est un sommet extrêmement important. Le plus important, c’est la place de la science dans ces événements. C’est qu’on reconnaisse que les connaissances scientifiques sont extrêmement importantes pour toutes les actions qu’on doit mener. La science est écoutée, malgré ce qu’on peut dire. Notre rôle, c’est apporter les connaissances ; ensuite, on passe à l’action ; et l’action, c’est l’innovation. C’est aussi le développement de l’entrepreneuriat. Si les jeunes et les moins jeunes s’approprient cela, et si les décideurs politiques leur donnent les moyens, on aura une accélération du passage de la connaissance à l’application.Dans les pays où nous travaillons, nous nous appuyons sur nos partenaires, sur l’Agence française de développement (AFD) et sur un certain nombre de bailleurs comme la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD). Nous devons aller vers ces institutions pour qu’elles nous entendent, et c’est là où le rôle des journalistes est important.

Comment la science va-t-elle se frayer un chemin au prochain sommet France Afrique ?

Le sommet a lieu à Montpellier qui est une implantation très importante pour l’IRD, même si notre siège est à Marseille. Et donc, en lien avec l’université de Montpellier, on a prévu les « Montpellier Global Days ». Ce sont des journées scientifiques qui ont six thématiques : le « one health », l’eau, la biodiversité, les systèmes alimentaires, les maladies émergentes, le climat et l’agroécologie. Dans ce cadre, on va parler de science pendant trois jours et interagir avec les partenaires africains. Nous avons invité un grand nombre de scientifiques africains. L’IRD et le CIRAD sont en première ligne parce que nous avons tout ce réseau de chercheurs avec lesquels nous travaillons depuis longtemps. Donc, la science va y avoir une place importante.

Comment les institutions de recherche peuvent-elles appuyer cet élan ?

Pour nous, c’est déjà une question de visibilité et d’influence. Ce sont de formidables opportunités pour relier les connaissances et toute la production scientifique que nous faisons avec nos partenaires. C’est l’opportunité de dire que la France et l’IRD ont mis en place des plateformes de laboratoires opérationnels. Il y a des exemples en Afrique de l’ouest et au Cameroun. Le sommet Afrique – France qui arrive nous donne l’occasion de faire entendre les voix de nos partenaires dans ces grands événements. Et surtout, notre spécificité c’est que nous apportons au débat des réflexions sur la manière de faire du partenariat équitable et durable.

Qu’est-ce qui peut être fait pour que les investissements dans des initiatives de développement durable soient une option attrayante pour les entreprises privées ?

Il faudrait que chaque entreprise investisse dans la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et qu’elle affirme ses investissements dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité afin de réduire son impact sur l’environnement. Ce qui me préoccupe, c’est qu’on a besoin d’investir dans la recherche en Afrique pour éviter la fuite des cerveaux et pour le développement économique des pays. Je travaille pour qu’il y ait des liens entre notre Agence nationale de la recherche (ANR) et les agences de financement de la recherche en Afrique. Il y a une alliance entre l’ANR et l’AFD. Vous avez des agences nationales de financement de la recherche dans un pays, elles peuvent faire des alliances avec des bailleurs de fonds qui vont leur faire confiance et investir dans la recherche, l’innovation et le développement. Pour avoir les bailleurs de fonds, il faut les sensibiliser sur les grands enjeux, et il y a les grandes fondations aussi qui jouent un rôle important.

Source : https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/opinions/qr-les-lecons-du-dernier-congres-mondial-de-la-nature/

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

18 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN




« Il faut prendre toutes les précautions pour limiter les contacts (...)


12 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Au Bénin, le paludisme demeure la première cause de consultation (...)
Lire la suite

« Chaque client est de fait notre employeur incontesté »


29 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
L’un des axes stratégiques de la banque UBA reste la satisfaction de (...)
Lire la suite

Tioleja Films engagée dans la narration de l’histoire africaine


21 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Yasmina Fagbemi Edwards, co-fondatrice de la société de production (...)
Lire la suite

« NOTRE MISSION PREMIERE EST DE NOUS ENGAGER PLUS QUE JAMAIS POUR LA (...)


3 novembre 2023 par Judicaël ZOHOUN
Cinq ans après l’implémentation de sa philosophie « Customer first » (...)
Lire la suite

« Dieu révèlera à son peuple, le prochain président de la République (...)


18 octobre 2023 par Judicaël ZOHOUN
Suite à son passage sur SpeedLine TV vendredi dernier, nous avons (...)
Lire la suite

« Notre objectif est de faire en sorte que nos clients se sentent (...)


21 septembre 2023 par La Rédaction
A la tête de MTN Bénin depuis 2020, la Directrice Générale du premier (...)
Lire la suite

« Notre rôle de banquier est d’accompagner les PMI/PME »Lazare NOULEKOU,


14 mai 2023 par Judicaël ZOHOUN
Directeur Général d’Ecobank Bénin et 2e Vice-Président du CNP (...)
Lire la suite

De bonnes raisons pour adopter La Sobebra et ses produits


1er avril 2023 par Judicaël ZOHOUN
La SOBEBRA, entreprise citoyenne fièrement béninoise. En 2022, elle (...)
Lire la suite

A cœur ouvert avec le Chef de mission SDSN en visite au Bénin


27 février 2023 par Judicaël ZOHOUN
Mme Eve de la Mothe Karoubi, Cheffe des réseaux, Directrice du (...)
Lire la suite

"Karmelle, ça revient plus fort, AGA OUNDE"


23 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Jeune louve aux dents longues de la musique béninoise, Karmelle qui (...)
Lire la suite

’’C’est le moment où nous avons besoin de tout le monde’’ (Dr Dotou (...)


13 juin 2022 par Ignace B. Fanou
A l’occasion de la célébration de l’édition 2022 de la Journée (...)
Lire la suite

« Si on a cinq présidents comme Talon en Afrique, le continent va (...)


19 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Monsieur Bunmi Jinadu est un promoteur très influent dans le (...)
Lire la suite

Odile Ahouanwannou champion d’Afrique en titre promet de tout donner (...)


2 août 2021 par Judicaël ZOHOUN
Odile Ahouanwannou championne d’Afrique d’athlétisme en heptathlon en (...)
Lire la suite

« Nous voulons faire d’Athiémé le pôle touristique le plus fréquenté (...)


26 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Ville historique à fortes potentialités touristiques, Athiémé se veut (...)
Lire la suite

« Nous saluons l’action du gouvernement à répandre ce projet dans (...)


20 juin 2021 par Ignace B. Fanou
Le Directeur du Centre d’excellence régional contre la faim et la (...)
Lire la suite

‘’ Nous sommes certes de 24 nationalités ici, nous avons eu à faire (...)


25 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Premier artisan de la sortie des étudiants à travers le bureau qu’il (...)
Lire la suite

Le groupe Teriba s’engage pour les sans espoir


16 novembre 2020 par Ignace B. Fanou
Quatre (04) artistes-musiciens et groupes musicaux du Bénin (Teriba, (...)
Lire la suite

« Boni Yayi ne peut pas dire qu’il ne nous doit pas des arriérés »


19 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Invité sur les antennes de URBAN FM ce 19 octobre 2020, *Paul Essè (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires